On entend de plus en plus parler de l'huile de palme... Pour l'industriel c'est simple, l'huile de palme coûte bien moins cher que l'huile de colza ou de tournesol et est facile à utiliser, donc il l'emploie très largement, trop largement ! Quand on fait un régime strict sans aucun produit laitier, sans beurre, on trouve à la place des margarines, biscuits etc qui contiennent de l'huile de palme... On trouve de l’huile de palme (fruits des palmiers) et de l’huile de palmiste (graines) partout : dans les chips, frites, biscuits, pâtes à tartiner, margarine… dans la plupart des laits infantiles... ainsi que dans des savons, du maquillage, des bougies, des agro carburants.

Dans un rapport publié par le WWF, on apprend que le palmier à huile, originaire d'Afrique de l'Ouest, est largement cultivé en Indonésie e en Malaisie. Pourquoi est-ce un problème ? Plus de la moitié des plantations de palmiers à huile se fait à la place des forêts. Avec 1.8 millions d’hectares de forêt vierge déboisés chaque année, l’Indonésie est le pays le plus touché par la déforestation. Il est estimé que 85% des forêts de Sumatra ont été déboisés à cause du commerce de bois et la conversion en plantation de palmier à huile notamment. C'est également dramatique à Bornéo. La forêt tropicale humide indonésienne s’étend sur 1.3% de la surface terrestre et constitue une des forêts les plus diversifiée du monde. On y trouve 11% des espèces de plantes connues, 10% des mammifères et 16% des oiseaux. Des animaux emblématiques comme l’orang-outang, l’éléphant sont menacés de disparition à cause de la perte de leur habitat. A Bornéo il est estimé que 3 000 orang-outangs disparaissent chaque année, ils ne trouvent rien à manger dans les plantations de palmier à huile qui font place à leur belle forêt primaire ! De même, le rhinocéros de Sumatra fait partie des espèces de mammifères les plus menacés de disparition au monde.

La déforestation, ce n'est pas seulement la disparition de l'orang-outang à Bornéo et du rhinocéros à Sumatra. C'est aussi une augmentation de la quantité de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement de la planète. Une grande partie de ces émissions de GES est due aux feux de forêts ou de tourbières. Les tourbières qui peuvent faire jusqu’à 30 mètres de profondeur, sont d’abord drainées avec des canaux, afin de les assécher. Enfin quand elles sont suffisamment sèches, elles sont brûlées à la saison sèche, le carbone qu’elles émettent se transforme en gaz à effet de serre... 500 millions de tonnes de CO2 ont ainsi été "libérés" des tourbières d'Indonésie en 2008 !

Enfin, si la culture du palmier à huile, permet de faire vivre près de 5 millions de familles en Indonésie, elle est aussi à l'origine de nombreux conflits : l'Etat s'approprie des territoires pour les "confier" aux plantations privées, là où il y a des cultures de palmier à huile il n'y a plus de culture vivrière, tout cela ne se fait pas sans de graves conflits sociaux !

Il existe une huile de palme plus "écologique", qui porte le label RSPO :

  • choix de meilleures techniques de production qui réduisent l'impact social et environnemental de l'huile de palme, en particulier en implantant les cultures de palmiers dans des zones dégradées et en protégeant forêts vierges et tourbières.
  • répartition équitable sur le territoire de forêts naturelles, de zones agricoles et de zones urbaines

C'est à nous consommateurs de choisir ensuite de "boycotter" les produits contenant de l'huile de palme qui ne serait ni écologique ni équitable... L’huile de palme issue de l’agriculture biologique ne provient normalement pas de la déforestation, même si ce critère n’est pas inclu dans le cahier des charges. Quand vous lisez les étiquettes, si vous voyez "matière grasse végétale" ou "huile végétale", décodez : c'est de l'huile de palme...

Les considérations écologiques ne vous suffisent pas pour avoir envie de boycotter l'huile de palme ? divers articles nous invitent à éviter cette graisse mauvaise pour la santé... Les industriels ne pouvant plus utiliser les huiles hydrogénées, chargées en acides gras trans qui augmentent le taux de cholestérol dans le sang, ils choisissent l'huile de palme, qui contient près de 60% d'acide palmitique, un acide gras saturé athérogène : elle favorise les dépôts graisseux à l'intérieur des vaisseaux sanguins et accélère la dégénérescence de leur paroi interne. On est donc toujours exposé à un risque cardio-vasculaire !