Voici une idée pour faire apprécier les tisanes par les enfants.

Au moment où vous préparez le repas du soir :

Mettre de l'eau à chauffer ; pendant ce temps, mettre dans la théière : des fruits secs, et une boule à thé contenant un mélange calmant et digestif (par exemple à base de fleurs de tilleul, fleurs d'aubépine, sommités de mélisse, lavande, fleur d'oranger, serpolet...), il reste à mettre l'eau bien chaude. Temps de préparation... 2 minutes ?

Quand l'heure du dessert arrive, vous avez des fruits secs réhydratés, et une tisane douce et parfumée que vous pouvez sucrer avec du miel (miel de tilleul par exemple), la tisane est tiède, comme il faut pour les enfants. N'hésitez pas à leur faire découvrir de nouvelles saveurs !

Et bébé ? On trouve des tisanes étiquetées "à partir de 4 mois" à base de fleurs de tilleul ou d'oranger : si vous choisissez des plantes de qualité biologique, sans pesticide, vous pouvez dans le cadre de la diversification proposez des tisanes (peu infusées) à votre bébé ; je privilégie pour ma part la "vraie" tisane à la poudre "spécial bébé" constituée essentiellement de dextrose (sans doute issu du maïs) auquel l'industriel a ajouté des extraits de tilleul et des arômes naturels.
Si vous voulez faire goûter à votre / vos bébé(s) une compote d'abricot sec ou de pruneau, choisissez des fruits secs sans conservateur (les abricots secs sont alors de couleur foncée) et prévoyez de les cuire puis mixer, comme tout fruit donné à un bébé.
Quant au miel... en mai 2010, l'agence nationale de sécurité sanitaire rappelait que la consommation de miel est déconseillée pour les bébés de moins de un an car le miel est susceptible de contenir des spores d'une bactérie responsable du botulisme ; pour les enfants et les adultes, les quantités sont si faibles que ça ne pose pas de problème, mais pour les nourrissons, cela peut provoquer une maladie, le botulisme infantile, nécessitant une prise en charge hospitalière. Le botulisme est une maladie heureusement rare, mais très grave ; un à deux cas de botulisme infantile sont recencés chaque année en France depuis 2004, la plupart des cas sont associés à la consommation de miel.