On peut comparer le système respiratoire à un arbre : le larynx et la trachée est le tronc, puis viennent les grosses bronches/branches, puis les moyennes, puis les petites et enfin les alvéoles/feuilles. L'asthme est une maladie caractérisée par un état inflammatoire chronique des bronches dans lequel de nombreuses cellules jouent un rôle, en particulier mastocytes, éosinophiles et lymphocytes T. Les petites bronches sont atteintes en premier avec, au fur et à mesure de l'évolution de la maladie asthmatique, une extension ascendante. Chez le patient asthmatique, on observe un oedème de la paroi des petites bronches (le « tuyau » est encore plus petit) et des sécrétions extrêmement épaisses et adhérentes (crachats perlés de Laënnec). De plus, le muscle lisse qui entoure ce "tuyau" est fréquemment contracté, il serre de façon permanente avec des exacerbations ponctuelles que le patient ressent (parfois) comme des "crises". Le spasme ne laisse plus qu'une fine fente pour laisser écouler l'air et celui-ci fait donc "siffler" (wheezing ou sibilants) les bronches en passant. L'air est emprisonné dans la poitrine, le thorax est bloqué. Cela s'accompagne d'une toux irritante, parfois d'un sentiment d'anxiété.

Il y a plus de 3,5 millions d’asthmatiques en France (6% de la population adulte et 10% des enfants). Il s’agit de la première maladie chronique de l’enfant. La très grande sensibilité des bronches est sous influence génétique et est entretenue par les facteurs irritants de l'environnement. Chez les tout-petits, beaucoup des asthmes sont liés à des viroses : un simple rhume peut provoquer au bout de quelques jours d'évolution l'apparition d'une crise. Les reflux gastro-oesophagiens sont également source d'inflammation bronchique. Des signes d'atopie associée sont en faveur d'une cause allergique (souvent alimentaire) et d'un terrain propice à l'installation d'une maladie asthmatique. Une cause allergique est retrouvée chez 70 à 80 % des adultes asthmatiques et chez 95 % des enfants atteints.

Chez l’adulte, beaucoup d'asthmes semblent être la réactivation d'asthmes de l'enfance qui étaient sous-diagnostiqués et négligés en attendant la fameuse "adolescence" où les symptômes peuvent s'atténuer. A cela se rajoutent les asthmes professionnels, quelques viroses et, chez la femme, des asthmes lors des grossesses ou en apparition en périménopause (un rôle hormonal est certain mais mal déterminé).

Pour soigner l’asthme, on peut faire inhaler des corticoïdes, utiliser des bronchodilatateurs et d’autres médicaments qui agissent sur les symptômes. En cas d'allergie, il faut prévoir l'éviction pour les aliments, l'éviction et/ou la désensibilisation pour les aéroallergènes.