Quand la cible de l'allergie est le nez, on retrouve de nombreux symptômes similaires à ceux du rhume : sensation de nez bouché, le nez qui coule (écoulement aqueux), des démangeaisons au niveau du nez ou du palais, des éternuements. Cette inflammation de la muqueuse nasale, liée à l'allergie, est appelée rhinite allergique.

Lorsque ces symptômes surviennent de manière épisodique, seulement à certaines saisons, on parle de rhinite saisonnière. Elle témoigne souvent d'une allergie aux pollens, ou aux spores de moisissures. Dans le langage courant, on parle de rhume des foins. Il existe 3 grandes familles végétales à pollens allergisants : les arbres, les graminées et les herbes comme l’ambroisie. Les types de pollens responsables de cette rhinite allergique peuvent varier selon les régions et les saisons (pour connaître les alertes polliniques : http://www.pollens.fr/accueil.php). Le rhume des foins se manifeste par 3 signes presque toujours présents : le nez qui coule comme une fontaine, le nez bouché, les éternuements fréquents. D’autres manifestations peuvent être également très gênantes comme : des démangeaisons des yeux, du nez, de l’arrière gorge, une sensation de sable dans les yeux qui pleurent, un odorat diminué, de la toux sèche. Si vous (ou l’un de vos enfants) êtes sujet au « rhume des foins » et si vous souhaitez avoir un beau jardin, je vous conseille de consulter ce guide : http://www.pollens.fr/le-reseau/doc/Guide-Vegetation.pdf

Une rhinite persistant tout au long de l'année est dite "rhinite perannuelle". Elle traduit une sensibilisation à un ou plusieurs éléments allergéniques présents en permanence dans l'environnement (acariens, poils d'animaux, moisissures d'intérieur par exemple). Elle peut être associée à une irritation oculaire on parle alors de rhino-conjonctivite allergique.

Aujourd'hui 15 à 25% de la population européenne est atteinte de rhinite allergique et 20% de la population américaine. Les personnes souffrant de rhinite allergique persistante, avec le nez qui coule et qui est bouché, ont une qualité de vie altérée. La rhinite allergique provoque des troubles du sommeil et une gêne durant les activités quotidiennes, tout ceci entraînant de la fatigue pouvant aller jusqu’à des arrêts de travail et des absences à l’école. La Rhinite Allergique semble tellement fréquente et concerner un si grand nombre de personnes, qu’elle est souvent banalisée et méprisée. Goutte au nez, « Rhume de cerveau », éternuements à répétition… tous ces signes doivent nous alerter lorsqu’ils perdurent. Or souvent, on n’y prête pas suffisamment attention. Pourtant plus de 20% des personnes souffrant de rhinite allergique ont également de l’asthme et 80% des asthmatiques ont aussi une rhinite... Le traitement de la rhinite allergique repose, comme pour l’asthme, sur l’éviction des allergènes, les médicaments et l’immunothérapie spécifique (désensibilisation).