On conseille souvent de commencer par un légume et d’introduire 2 semaines plus tard les fruits. Si vous commencez par introduire les fruits, ce n’est pas bien grave. Ce qui est important par contre : Prenez votre temps pour diversifier, ne commencez pas trop tôt et introduisez les aliments 1 par 1, en commençant par donner des petites quantités (une cuillère à café au début). Attention aux petits pots qui contiennent presque toujours plusieurs ingrédients, et dont les âges ne correspondent pas toujours à ceux conseillés par les pédiatres et les allergologues (exemple kiwi ou céleri à 8 mois) : lisez bien les étiquettes !

Les produits laitiers, les céréales contenant du gluten, l’œuf peuvent donner des allergies différées : il vaut mieux qu’il y ait un mois de décalage dans l’introduction de ces différents aliments.

Tout ce que vous donnez à votre bébé doit être bien cuit, ne donnez rien de cru, pas même de la banane, la première année (et même plus en cas de risque d’allergie) : beaucoup d’allergène sont détruits par la chaleur…

 

Quels légumes lors de l’introduction ?

  • La carotte est souvent le premier aliment introduit : sa saveur douce est bien acceptée par les bébés, les allergies aux carottes cuites sont rarissimes. Mais il peut y avoir des allergies aux carottes crues. Les carottes, comme le chou-fleur, méritent d’être achetés « bio » : ce sont des « pompes » à engrais et pesticides.
  • Le haricot vert est souvent le deuxième légume introduit. Le haricot vert et le brocoli existent en purée surgelée toute faite fort pratiques, mais attention, prenez des purées 100 % légumes et sans trace de gluten ni blé en cas d’allergie !
  • Les potimarron et potirons donnent d’excellentes purées.
  • L’artichaut peut être acheté surgelé, mais lisez bien les étiquettes, dans certaines marques il y a des traces de lait et de gluten.
  • Le blanc de poireau est intéressant pour donner du goût à une purée
  • Le fenouil est un légume parfumé qui facilite la digestion des bébés sujets aux coliques
  • La betterave cuite peut être utilisée, on la fait (re)cuire avec de la pomme de terre, on mixe la betterave, on écrase la pomme de terre, il reste à mélanger le tout.
  • Vous pouvez faire cuire quelques feuilles de salade avec les purées.
  • Certains légumes contiennent de l’histamine ; on peut les proposer à un bébé, mais uniquement en petite quantité, à forte dose il y a risque de réaction ressemblant à une allergie : épinard, tomate, aubergine. De plus la tomate est un légume acide, à éviter en cas de reflux gastro-oesophagien.
  • Des légumes moins connus peuvent aussi être utilisés, par exemple on ne connaît pas d’allergie au panais, on peut aussi donner du cerfeuil tubéreux ou du topinambour, du cresson, des blettes.
  • A éviter : le céleri (risque d’allergie).

 

Quels fruits lors de l’introduction ?

  • La pomme est souvent le premier fruit introduit. La pomme, la poire, la pêche, le brugnon, la nectarine et la cerise, les prunes, ont le même allergène majeur, appelé PR-10. Cet allergène se trouve dans la peau des fruits, l’expression de l’allergène est augmentée par les pesticides et diminuée par la chaleur. Donc, pour tous ces fruits, privilégiez les fruits « bio », pelez-les et cuisez-les pour réduire les risques d’allergie.
  • Le raisin et la myrtille ne sont guère impliqués dans les allergies, on peut donc en donner aux bébés (cuits).
  • Le pruneau à condition d’en choisir sans conservateurs, à cause des risques d’allergie aux sulfites notamment. Les sulfites sont des conservateurs alimentaires le plus souvent mentionnés sur les emballages par leur numéro E 220 à E 228.
  • La banane peut être donnée cuite.
  • Certains fruits contiennent de l’histamine et doivent donc être donnés en petite quantité, à forte dose il y a risque de réaction ressemblant à une allergie : c’est le cas de la fraise

 

Quels féculents donner aux bébés ?

  • La pomme de terre cuite donne rarement des allergies (l’allergène majeur se dégrade au-delà de 28°C). Attention à ne pas en donner trop au début, pour être sûre que vos bébés digèrent bien.
  • Le riz est la céréale incontournable pour les allergiques au gluten. Le maïs, le quinoa et le tapioca ne contiennent pas non plus de gluten… mais n’hésitez pas à vérifier qu’il n’y a pas de traces de gluten !
  • Les autres céréales (blé, avoine etc) sont à réserver aux bébé qui n’ont pas d’allergie au gluten.

Quelles viandes ?

  • En cas d’allergie aux œufs, on évitera dans un premier temps le poulet et la dinde.
  • En cas d’allergie aux protéines de lait de vache, on évitera dans un premier temps le veau et le bœuf.
  • Il reste… le canard, qui pose rarement des problèmes d’allergie, le lapin, l’agneau et le porc.
  • Attention au jambon : aucun industriel ne peut le certifier sans œuf, sans blé, sans protéine de lait… les sachets d’épice qui aromatisent les saumures peuvent contenir de la noisette ou de l’orge torréfié, sources possibles d’allergie…

 

Quelles graisses ?

  • Le beurre et la crème fraiche peuvent être utilisés s’il n’y a pas d’allergie aux protéines de lait de vache.
  • On peut utiliser des huiles de colza, d’olive, de tournesol… à raison d’une cuillère à café par jour.
  • On ne doit surtout pas utiliser d’huile d’arachide (un site sur l’allergie à l’arachide : http://www.allerg.qc.ca/allarach.htm), d’huile de sésame, d’huile de noix ou de noisette.

 

Quels aromates ?

Une fois la diversification bien commencée, on peut avoir envie de poursuivre la diversification en utilisant quelques aromates… On peut les tester, l’un après l’autre, pour voir si bébé aime et vérifier qu’il n’y a pas d’allergie.

  • On peut commencer par ajouter des « herbes » comme le cerfeuil, l’estragon, le basilic, la sauge, le thym.
  • Ail, oignon et échalote peuvent être essayés (en très petite quantité pour l’ail !) s’il n’y a pas eu de réaction allergique ou de difficulté de digestion avec le poireau.
  • Le radis peut donner une note « poivrée » à une purée.
  • La vanille, comme le cacao, ne provoque que très rarement des allergies.
  • Vous pouvez faire cuire les fruits avec quelques feuilles de mélisse ou de verveine, ou une feuille de menthe (enlevez les feuilles avant de mixer la compote). On peut aussi cuire des fruits dans une infusion de thé, à condition de choisir un thé nature d’excellente qualité.
  • Par contre, n’utilisez surtout pas de moutarde ; l’allergie à la moutarde concerne des enfants jeunes, souvent âgés de moins de 3 ans. Les voies de sensibilisation retenues sont in-utéro, par l’allaitement maternel ou par la consommation de moutarde contenue dans les plats préparés pour nourrissons. Le régime sans moutarde supprime de l'alimentation les produits dont la liste des ingrédients contient le mot « moutarde » ou le mot «épices» sans autre précision. Il ne faut pas prendre de sauces crudités et vinaigrettes du commerce, de cornichons, de courts bouillons, potages déshydratés, bouillons déshydratés de poule, de boeuf, de volaille, de purées déshydratées ; Attention aux Fast-food Mc D... : je lisais qu'il pouvait y avoir présence de moutarde ou de sauces avec épices dans le chausson aux pommes ! (sur l’allergie à la moutarde chez l’enfant : http://www.allergienet.com/moutarde-allergie-enfant.html)